0 In Blabla/ Equilibre personnel/ Famille/ Organisation

Se remettre au centre

Quand je suis devenue jeune maman, j’ai longtemps cru que ma vie se partageais entre ma famille et mon travail. Il m’a fallu pas mal de temps pour réaliser que je ne suis pas une machine. J’avais besoin de temps pour moi et j’ai toujours du mal à me l’accorder.

La théorie des gros cailloux

Il y a un principe que j’ai vite appris pour mieux gérer mon temps, c’est celui des gros cailloux. Si vous ne connaissez pas, je vous laisse regarder cette vidéo pour mieux comprendre l’idée.
Pour moi les gros cailloux étaient centrés sur la famille et le travail. C’était une grosse erreur parce que j’ai oublié une chose très importante là dedans: moi. Je suis mon premier outils de travail, si je ne vais pas bien je n’ai pas de revenu (et s’en suit beaucoup de soucis). Je suis aussi un membre de la famille, si je ne vais pas bien les autres membres ne peuvent pas aller bien.

Tout ça paraît peut être évident pour certain•e•s mais pour moi c’était normal de me faire passer en dernier. Je me mettais dans la catégorie sable, à glisser entre tout le reste!

Épuisement et dépression

C’est la suite logique. Quand on fait passer du rangement, du ménage et du travail avant soi, on ne peut pas se sentir au top du game! Surtout que je me mettais un pression de dingue pour que tout soit parfait. Il fallait que tout brille, que tout soit beau, que tout soit réglé comme du papier à musique. J’avais des cernes jusqu’au genoux et je croulais sous l’angoisse, donc autant dire que ça devenait un cercle vicieux. Oui, parce qu’avec ce genre d’objectifs une chose est certaine: on ne peut jamais les atteindre. On est dans l’échec permanent et en rentre dans la stratégie de l’échec. On est nul, on n’y arrive pas, donc on s’enfonce dans du négatif. Et plus on sombre dans ce négatif, dans cette dépression, moins on arrive à avancer et faire des choses.
J’avais l’impression d’avoir une montagne de choses à faire et de ne jamais en venir à bout. Au final je lutais sans fin et je m’épuisais, comme emportée par des courants qui m’éloignaient du rivage.

Lâcher prise

Au final, c’est ce qui m’a sauvé. J’ai eu la chance d’avoir une personne qui a su me donner les clés pour lâcher prise et me soulager de la pression que je portais. Ce qu’il y a de magique avec le lâcher prise c’est qu’une fois qu’on laisse tomber la résistance, on se rend compte que le courant nous ramène naturellement sur le rivage. Il faut laisser passer et accepter de ne plus luter contre les courants. Renoncer à tout contrôler.
Et moi dans tout ça? Et bien en renonçant à tout contrôler j’ai pu rediriger toute cette énergie sur moi. J’ai pu profiter de ces moments d’attente pour regarder à l’intérieur de moi et trouver l’origine de mes angoisses dans un premier temps. Les guérir ensuite, et réapprendre à me sentir forte et à la hauteur. Une sorte de rééducation à moi même au final.

Et maintenant?

J’ai mis longtemps à réaliser cette erreur et j’ai parfois encore du mal à casser les habitudes pour me remettre en priorité. Je suis vigilante parce que je sens que je peux parfois me laisser emporter par le quotidien et me faire passer après tout le reste. Quand je sens que ça arrive, je délègue à mon chéri ou je sors un plat jocker du congélateur et je vais me prendre un bain. Lâcher prise reste un exercice extrêmement difficile pour moi mais l’organisation est vraiment ma clé. Je sais que lorsque je lâche l’organisation du quotidien, je vis dans l’urgence et je ne peux plus m’accorder d’espace.

Mon objectif maintenant est d’être dans l’action et non plus la réaction. Je ne veux plus tout contrôler, je sais que c’est impossible. Par contre avoir la maîtrise des éléments essentiels de la vie courante me permet d’anticiper les problèmes et de ne pas me retrouver à gérer des situations de crise. Avoir la maîtrise de son budget permet de ne plus se laisser surprendre par des impôts. Prévoir ses menus évite une crise de panique face à un placard vide. Et plannifier clairement les journées évite des disputes et des crises émotionnelles facilement évitables.

Je suis pas la seule à être passée par là, et je ne suis pas la dernière. J’espère que vous saurez aussi vous remettre au centre de votre vie. Et porter sur vous toute la bienveillance nécessaire à votre bonheur <3

 

 

You Might Also Like

No Comments

Leave a Reply